Previous PageTable Of ContentsNext Page
[Sans s-longue]


TRAITE
DE FLORENT
TERTVLLIAN, DOCTEVR
treſ-ancien, & voiſin du temps des Apoſtres, enuiron CLXX. ans apres l'incarnation de Ieſus Chriſt, touchant l'Idolatrie.

Mis en François par M.L. Daneau 
Docteur es droicts, & 
Miniſtre de la Parole 
de Dieu.

M.D.LXV.


[Blank page]


TRAITE DE FLORENT TERTVLLIAN touchant l'Idolatrie, traduit en François par M. L. Daneau.

Le plus grand crime que commette le genre humain, la plus grande faute que face le monde, toute la cauſe du iugement de Dieu ſur nous, c'eſt l'Idolatrie. Car combien qu'autrement vn chacun pecheacute; ait ſa propre eſpece, & qu'il puiſſe eſtre condamné par ſon propre nom, toutesfois toute ſorte de peché ſe fait & ſe trouue en commettant ce crime d'Idolatrie. Qu'ainſi ne ſoit, laiſſe le nom, pren le faict. L'idolatre eſt auſſi homicide & meurtrier. Demandes-tu qui il tue? Si cela peut ſeruir pour faire plus valoir la choſe, il ne tue ni vn eſtranger, ni vn ennemi, mais ſoy-meſme. Mais par quelles embuſches? Par ſon propre erreur. Par quel baſton? Par la faute qu'il fait enuers Dieu. Par combien de coups? Par autant comme de fois il idolatre. || Et nul ne peut nier que l'idolatre ne ſoit meurtrier, ſinon celuy qui nie que l'idolatre ſe perde. En meſme ſorte nous cognoiſtrons qu'en l'idolatrie il ſe commet vue paillardiſe & fornication. Car quiconque ſert aux faux dieux, ſans doute tel adultere & corrompt la verité: car toute fauſſeté eſt adultere & corruption. Auſſi l'idolatre fait fornication. Car qui eſt-ce qui ayant communiqué au ſeruice des eſprits immundes, ne ſoit auſſi ſouille & vilain? Et pour ceſte cauſe l'Eſcriture ſaincte vſe du mot de fornication, quand elle nous reproche noſtre idolatrie. Quant au larrecin & tromperie, ceſte eſt la nature de fraude & tromperie, comme ie croy, qu'elle rauit le bien d'autruy, & denie ce qui luy eſt deu. Et combien qu'elle ne ſe face qu'à l'endroit d'vn homme mortel, ſi eſt-ce vn grand forfait. Mais l'idolatrie trompe & deſrobe à Dieu les honneurs qui luy ſont deus, & les donne à d'autres: tellement qu'auec le larrecin qu'elle fait à Dieu, elle luy fait iniure & deshôneur. Que ſi & le larrecin & la paillardiſe ſont || dignes de mort, auſſi l'idolatrie, & non moins que le meurtre. Mais outre ces crimes ſi pernicieux & ſi dommageables à noſtre ſalut, qui ſont en l'idolatrie, les autres pechez s'y trouuent auſſi en quelque forte, & chacun à part l'vn de l'autre. Comme quoy? Les concupiſcences du mode ſont auec l'idolatrie. Car quelle feſte & ſolennité y a-il entre les idolatres, où il n'y ait de l'ambition en parures & accouſtremés?Auſſi y a-il en l'idolatrie & des diſſolutions  L'idolâtrie
eſt cauſe
de toutes
diſſolutions.
& des yurongneries, d'autant que le plus ſouuent on s'y trouue pour les banquets & le plaiſir du ventre, & de paillardiſe qui y eſt. Il y a auſſi toute iniuſtice. Car où peut eſtre plus grande iniuſtice, que là où on ne recognoiſt point le Pere de iuſtice? Auſſi y a-il v-ne pure vanité en l'idolatrie, veu que toute la raiſon & fondement d'icelle eſt vain. Auſſi a-il menſonge: car toute la ſubſtance d'icelle eſt menſonge & fauſſeté. Ainſi il appert que tous pechez ſe trouuent en l'idolatrie, & que l'idolatrie s'apperçoit en tous autres pechez. Et comme ainſi ſoit que tous pechez || ne ſentent rien de Dieu, & que ce qui ne ſent rien de Dieu, vienne du diable & de l'eſprit immunde, auquel les idoles appartiénent,il eſt certain que quiconque peche, il commet comme vne idolatrie : car il fait ce que les ſeruiteurs du diable & idolatres font, & ce qui leur appartient. Mais ſoit encore que le nom d'vn chacú peché demeure à la propre nature & action d'iceux, & que l'idolatrie ſoit conſideree telle qu'elle eſt de ſoy-meſme, ce nom d'idolatrie eſt assez en ſoy, eſtant tant ennemi de Dieu, la nature de ce crime ſi fertile à produire tant de rameaux, & jetter tant de veines : tellement que l'vne des principales occaſions, pour laquelle nous auons entrepris de traiter ceſte matiere, eſt pour monſtrer en combien de ſortes, & comment nous deuons fuir la large eſtendue de l'idolatrie. Car elle perd les ſeruiteurs de Dieu en beaucoup de façons, ſoit par ignorance, ſoit par diſſimulation. Pluſieurs eſtiment qu'idolatrie eſt ſeulement & proprement, quand quelcun fait ou encenſement ou ſacrifice, ou || luminaire, ou s'oblige à quelque ſeruice ou charge de leurs dieux: comme ſi quelcun penſoit que la paillardiſe fuſt ſeulement en baiſers, embraſſemés, & au coucher enſemble: ou que l'homicide ſoit ſeulement, ſi le ſang de faict eſt eſpandu, & l'ame pouſſee hors du corps. Mais no9 ſommes certains que noſtre Seigneur l'eſtend plus loin. Car il met la paillardiſe en la concupiſcence meſme: comme ſi quelcun a ſeulement ietté ſon œil auec vn appetit mauuais, ou s'il s'eſt eſmeu impudiquement. Et de l'homicide, il le iuge eſtre meſme en vne parole dite par maudiſſon ou par iniure, & en tout mouuement impetueux de cholere, & en faute de charité enuers ſon frere: ainſi comme ſainct Iean enſeigne, Que tout Matth.5 homme qui hait ſon frere, eſt homicide & meurtrier. Autrement ce ſeroit peu de choſe en quoy conſiſteroit tant l'eſprit & malice du diable, que la correction & inſtruction de noſtre Seigneur Dieu, par laquelle il nous munit contre les puiſſances du diable, ſi ſeulement nous eſtions iugez & condamnez par la Loy || de Dieu és cas que les Payens meſmes ont puni par leurs loix & ordonnances. Comment eſt-ce que noſtre iuſtice abondera par deſſus celle des Scribes & Phariſiens, comme le Seigneur commande, ſi nous ne cognoiſſons l'abondance & longue eſtendue du vice ſon contraire, aſſauoir de l'iniuſtice? Que puis que le chef de toute iniuſtice c'eſt l'idolatrie, il eſt preallable que premierement nous ſoyons aduertis combien elle s'eſtend loin, & que nous la puiſſions recognoiſtre, nous ſeulement és cho ſes qui ſont toutes claires. Il a eſté vu temps auparauant, auquel il ny auoit aucun idole. Premier que les forgerons de ce monſtre fuſſent nais, les temples eſtoyent vuides & ſans idole, comme auiourd'hui encore en quelques lieux, les marques de celle antiquité apparoiſſent.Toutesfois l'idolatrie ne laiſſoit point deſia d'eſtre, non pas ſous ce nom: mais le faict eſtoit le meſme; car encore auiourd'hui elle ne laiſſe point de pouuoir eſtre commiſe & hors les temples, & ſans idole. Mais apres que le diable eut chié au monde ces beaux || ouuriers de ſtatues & d'images, & de toutes ſortes de pourtraitures, ce ſot ouurage & inuention de la calamité des hommes print ſon nom des idoles, comme elle en eſtoit venue. Depuis tout art, qui en quelque forte & façon que ce ſoit, ſait forger vn idole, a eſté eſtimé le fondement de l'idolatrie. Car ou que le ſtatuaire ait taillé l'idole, ou que le graueur l'ait façonné, ou que le brodeur l'ait tiré, il n'y a aucune difference pour cela: comme auſſi il n'y a aucune difference pour la matiere dont l'idole eſt fait, ſoit en boſſe, ſoit en peinture, ſoit en pierre, ſoit en airain, ſoit en argent, ſoit en brodure: car l'idolatrie peut eſtre meſme ſans idole preſent. Mais quand vn idole eſt preſent, c'eſt tout vn, quel qu'il ſoit, de quelle matiere, & de qui: afin que perſonne ne cuide ce ſeulement deuoir eſtre eſtimé idole, qui eſt fait & conſacré ſous la pourtraiture de forme humaine. Et pourtant l'interpretation du mot meſme d'idole doit eſtre entendue. Ce mot Idos ſignifie en Grec, forme || & ſemblance, duquel mot d'Idos par vn diminutif le mot d'idole eſt tiré, qui nous ſignifie vne petite reſſemblace. Partant toute forme ou reſſemblance doit eſtre appellee idole. De là l'idolatrie eſt nommee, qui eſt vn ſeruice & ſoin que lon a des idoles. Et de ceci auſſi appert que tout forgeron d'idole eſt coulpable d'vn meſme & pareil crime que l'idolatre : comme ſi le peuple des Iuifs n'auoit point idolatré, d'autant qu'il s'eſtoit eſleué la forme & image d'vn veau, & non point d'vn homme. Dieu donc defend autant de faire les idoles, comme il defend de leur ſeruir & les honorer. Car puis qu'il eſt preallable qu'ils ſoyent faits premier que lon leur ſerue, auſſi eſt-il raiſonnable qu'ils ne ſoyent point faits, de peur que lon leur ſerue. Et pourtant pour deſraciner meſme toute occaſion d'idolatrie, la Loy de Dieu crie ſi hautement, Vous ne ferez aucun idole; & puis apres elle dit, Ni ſemblance aucune des choſes qui ſont au ciel & en terre & en la mer. Dieu a defendu & prohibé tels arts par tout le monde. || Car il auoit predit que les diables & eſprits des anges rebelles, tourneroyent à l'vſage de l'idolatrie tous les elements, & tout ce qui ſe voit au monde, ſoit au ciel, ſoit en terre, ſoit en mer; afin que tour cela fuſt tenu pour Dieu au deſhonneur de l'Eternel. Parquoy il eſt aduenu que l'erreur des hommes a ſerui à toutes choſes fors qu'au vray Createur : & l'image de ces choſes auſquelles l'homme a ſerui, eſt appellé idole, & l'honneur que lon leur porte, idolatrie. Tout ce que l'idolatre peche, doit eſtre attribué à l'ouurier en premier lieu, quelque idole que ce ſoit. meſmes auſſi Enoch au liure de ſes menaces, condamne pareillement & ceux qui ſont les idoles, & ceux qui leur ſeruent. Et derechef il dit, Ie vous iure, pecheurs, que la peine vous eſt appreſtee au iour de l'effuſion du ſang: & vous qui ſeruez aux pierres, & qui faites des images d'or & d'argent, & de bois & de pierre, & de terre, & qui ſeruez aux fantoſmes & aux diables, & aux eſprits infames, & à tout erreur, non point ſelon ſcience, vous ne || trouuerez Iſa.44.8 aucune aide en ceci. Et Iſaie dit, Vous eſtes teſmoins s'il y a autre Dieu que moy. Donc tous pourtrayeurs d'images ne ſeront rien, & leurs choſes les mieux aimees ne leur profiteront rien. Et tout ce qu'il prononce là, en deteſtant & les faiſeurs d'images, & les ſeruiteurs d'icelles, & la fin de tout ce paſſage eſt, Cognoiſſez que leur cœur eſt cendre & terre, & que perſonne ne pourra deliurer ſon ame. Autant en dit Pſal.115.8 Dauid, Et ceux qui les font, ſont ſemblables ceux qui y ont leur recours. Et moy homme de courte memoire, qu'ay-ie beſoin d'alleguer d'auantage les paſſages de l'Eſcriture ſaincte? comme ſi la voix & ſentence du S. Eſprit n'eſtoit pas aſſez, ou comme s'il faloit deliberer encore, ſauoir ſi le Seigneur iuge mal & condamne à tort les ouuriers des images, deſquelles il iuge & condamne les ſeruiteurs & adorateurs. Mais nous reſpondrons encore plus au long aux excuſes de telles gens, leſquels ne doiuent eſtre admis & receus en la maiſon de Dieu, qui eſt l'Egliſe, ſi lon veut garder la discipline d'icelle. En || premier lieu, quant à ce qu'ils alleguent pour vne de leurs excuſes, Ie n'ay autre moyen de viure que ceſt art, cela peut eſtre repouſſé roidement en ceſte forte : Tu veux donc viure. Mais comme viuras-tu auec Dieu en ce monde, ſi tu veux viure à ta volonté, & non ſelon la ſienne? Quant à l'autre excuſe qu'ils ont, & oſent prendre de l'Eſcriture ſaincte, 1 Cor.7.20 aſſauoir que l'Apoſtre a dit, qu'vn chacun chemine & perſeuere en l'art & vocation, en laquelle il a eſté trouué & appellé de Dieu: il conuient reſpondre ainſi, Nous pouons donc tous tant que nous ſommes, ſelon ceſte interpretation, perſeuerer és maux & pechez, eſquels no9 viuions lors que nous auons eſté appeliez à la cognoiſſance de Dieu. Car nul de nous n'a eſté trouué de Dieu, ſinon pécheur: attendu que Chriſt n'eſt deſcendu du ciel pour autre cauſe, que pour deliurer & appeller les pecheurs. Ils alleguent en tiers lieu, que le meſme Apoſtre commande, 2.Theſſ.3.8 qu'à ſon exemple vn chacun trauaille de ſes mains pour viure. Si cela ſe doit entendre de toute forte de trauail de main que lon puiſſe || faire, ſoit honneſte, ſoit deshonneſte: ie di & que les larrons qui hantent les eſtuues, viuent du trauail de leur main, & que les brigans de foreſt font de leurs mains les meurtres dont ils viuent. Les fauſſaires ne font pas vne fauſſe eſcriture du pied, mais de la main. Les baſteleurs & hiſtrions trauaillent pour viure, non ſeulement des mains, mais meſme de tout le corps, par mouuemens deshonneſtes. Parquoy que l'Egliſe de Dieu leur ſoit ouuerte à tous, puis qu'ils viuent du propre trauail de leurs mains, s'il ne faut faire aucune diſtinction du trauail & œuure que nous faiſons de nos mains, & des vocations & arts que la diſcipline de Dieu reçoit ou reiette. Mais quelcun allegue contre ce que nous propoſons de ne faire image, Pourquoy eſt-ce donc que Moyſe au deſert fit l'image de Serpent d'airain? Nomb.21.9 Ie reſpon que c'eſt autre choſe des figures & images qui ont ſerui à ſignifier quelque choſe de ſecret, comme a eſté la figure du Serpent, non pour abroger Iean 3.14 la Loy qui defend ſeruir aux images, || mais pour eſtre vne plus viue peinture de ce qu'elle repreſentoit. Autrement ſi nous interpretons ce faict de Moyſe, comme font les aduerſaires de la Loy, ne dirons-nous pas comme les Marcionites, que le Seigneur Tout-puiſſant eſt inconſtant, comme iceux le diſent, & ſouſtennent qu'il eſt muable: Nota que le peuple n'a
ni ſerui ni adoré
l'image du Serpent,
ains l'areceue
ſettlement pour ſigne &
Sacrement de la mort
de Chriſt,
comme il luy eſtoit donné
par Moyſe: car quand
le peuple cri a abuſé,
& l'a adoré,
il a efté
rompu par le
Roy Ezechias.
veu que (comme ils diſent) en vn lieu il defend faire vne choſe, en l'autre il la commande? Que il quelcun denie que la ſimilitude du Serpent d'airain, pendu en la ſorte qu'il eſtoit, n'ait eſté figure de la croix & mort du Seigneur qui nous deliureroit des ſerpens, c'eſt à dire des diables, veu que ceſte mort a de ſa propre force occis le diable, qui eſt le ſerpent : ou bien ſoit qu'il y ait autre expoſition de ceſte figure, laquelle ſoit cognue & reuelee aux plus ſauans (car l'Apoſtre dit que toutes ces choſes aduenoyent au peuple en figure) tant y a que ceci eſt touſiours vray, que c'eſt le meſme Dieu, lequel par ſa Loy a defendu faire aucune image pour eſtre ſeruie, & lequel puis apres par vn autre & plus ſpecial commandement a commandé ||  de faire la ſimilitude du Serpent d'airain. Si tu as eſgard à ce Dieu qui eſt touſiours le meſme, tu as ſa Loy qui dit, Tu ne feras reſſemblance quelconque. Si tu as eſgard à ceſte ſpecialité de la reſſemblance du Serpent, toy-meſme imite Moyſe, c'eſt que tu ne faces aucune ſimilitude contre le commandement general de la Loy, ſi Dieu expreſſement ne te le commande. Que s'il n'y auoit aucune Loy de Dieu, qui no9 defendiſt de faire images, il n'y auroit auſſi aucune menace du ſainct Eſprit con-tre ceux qui les forgent, comme contre ceux qui les adorent. Mais encores que toutes ces defenſes & menaces ne fuſſent point eſcrites, ſi pouuons dire & recueillir de noſtre Bapteſme, que ces arts qui forgent les idoles, ſont contraires à noſtre foy. Ce que nous
promettons au
Bapteſme.
Car comment pouuons renoncer au diable & à ſes anges, ſi no9 les forgeons? Quel diuorce faiſons-nous auec ceux, auec leſquels, mais deſquels nous viuons? Quelle haine portons-nous à ceux auſquels no9 ſommes obligez par les repreſenter? Peux-tu nier de la langue, ce que tu confeſſes de ta || main? Peux-tu ruïner de paroles ce que de faict tu eſtablis? Peux-tu annoncer vn ſeul Dieu, veu que tu en fais tant en nombre? Peux-tu confeſſer vn vray Dieu, veu que tu en fais tant de faux? Ie les fais bien (dit quelcun)mais ie ne leur ſers pas : comme il c'eſtoit pour autre cauſe que lon ne leur doit ſeruir, & pour autre que lon ne les doit forger: mais c'eſt pour la meſme, aſſauoir, qu'en toutes les deux on offenſe Dieu. Au contraire, tu leur ſers, car tu fais qu'on leur ſert: & tu leur ſers & les honores, non point par l'odeur de quelque vil encenſement, mais de ton propre eſprit, & leur offres, non point l'ame d'vne beſte, mais la tienne propre. Tu leur ſacrifies ton eſprit, tu leur donnes ta ſueur, tu fais reluire ta ſcience en leur honneur. Tu leur vaux d'auantage que leur propre ſacrificateur: car c'eſt par ton moyen qu ils ont leurs ſacrificateurs. Ton induſtrie & ton art eſt leur deïté. Et maintenant apres tout ceci nies-tu que tu ne leur ſerues? Mais ie di, les idolatres meſmes ne le nient || pas, pour leſquels tu occis & donnes le propre ſalut de ton ame, offrande beaucoup plus graſſe & riche & exquiſe que toutes autres. Et pour celle cauſe vn vray zele de foy prie & gemit tous les iours de ce qu'vn, qui le dit eſtre Chreſtien, entre en l'Egliſe de Dieu, ſortant de façonner vn idole: qu'vn qui ſort d'vne boutique toute contraire à Dieu, entre en la maiſon de Dieu : que vn leue ſes mains, meres des idoles, à Dieu le Créateur, qu'il adore, Dieu de ſes meſmes mains, lesquelles hors l'Egliſe & aſſemblee ſont elles meſmes adorees au deshonneur de Dieu : & qu'il approche ſes mains du corps du Seigneur, leſquelles donnent & forgent vn corps aux diables. Et qui pis eſt, c'eſt que ces tailleurs & pourtrayeurs d'idoles ne reçoiuent pas des autres ce dont ils ſe fouillent, mais eux-meſmes le baillent aux autres pour s'y fouiller. On reçoit au conſiſtoire, & pour auoir charge en l'Egliſe, les tailleurs & faiſeurs d'idoles. O le mal-heur! Les Iuifs ont tué vne ſeule || fois Chriſt, mais ceux-ci l'outragent tous les iours. ô mains dignes d'eftre couppees! Qu'ils regardent ſi en quelque ſorte ceci ne leur peut pas appartenir, qui eſt dit, Si ta main te Matth.18 ſcandaliſe, couppe-la. Or quelle main doit eſtre a plus iuſte raiſon couppee, que celle qui ſcandaliſe tout le corps du Seigneur, aſſauoir l'Egliſe? Mais outre ces tailleurs & faiſeurs d'idoles, il y a auſſi pluſieurs fortes d'eſtats & de meſtiers, leſquels iaçoit qu'ils ne facent point d'idoles, toutefois font & ſeruent aux choſes, fans leſquelles les idoles ne pourroyent rien: leſquels eſtats & meſtiers ſont comprins ſous vn meſme crime & condamnation que les imagiers de faiſeurs d'idoles. Car c'eſt tout vn, ſoit que tu faces l'idole & l'image. Ceux qui ornent
les idoles, ſont
ſemblables à
ceux qui les font.
Ceux ſoit que tu l'embelliſſes, ſi tu ſers à parer & orner, ſoit leur temple, ſoit leur autel, ſoit leur chapelle: il tu tires au vif leurs deuiſes, ou la branche qu ils portent en leur main, ſi tu leurs baſtis vne maiſon. Mais encore telle peine que tu prens, eſt plus grande, laquelle || leur forge, non pas vne reſſemblance, mais leur donne vne auctorité. Si la neceſſité de viure te contraint, chaque meſtier a pluſieurs moyens, par leſquels ſans le deſtourner de la profeſſion Chreſtienne, c'eſt à dire, ſans ſeruir à l'idole, il peur gaigner ſa vie. Vn maiſtre maçon pourra raccouſtrer & recouurir vn plaſtre, refeſſer de chaux vne ciſterne, renduire de ciment vne paroy, & y faire pluſieurs ioliuetez & griffonnemens, ſans ſeruir aux idoles. Vn peintre, vn qui beſongne en marbre, vn fondeur, vn burineur, pourra faire chacun en ſon art pluſieurs autres choſes bien plus aiſement, que s'employer aux idoles. Car celuy qui fait forger vn idole de bois, combien plus aiſement peut-il aſſembler vn dreſſoir? celuy qui fait pourtraire en bois de til l'effigie du Dieu Mars, combien plus aiſement peut-il faire des armoires du meſme bois? Car il n'y a meſtier qui n'en engendre, ou n'ait quelque affinité auec autre. Nul meſtier n'eſt inutile de tous ceux qui ſeruent à autruy. Car || les meſtiers ſeruent & gaignent en autant de choſes, à combien le plaiſir des hommes ſe peut adonner. Seulement il y a celle difference, que lon gaigne plus aux vnes qu'aux autres. Partant auſſi il y a difference du trauail qu'on y met : car vne choſe de petit pris ſe fait plus ſouuent, & à moins de trauail. Que ainſi ne ſoit, combien y a-il de parois, ou les images defaillent? combien auiourd'huy edifie-lon peu de temples aux idoles? combien y a-il de maiſons honorables, & de baings, & de places vacantes à baſtir? Quant à vne bottine, & à vn fer, on les fait redorer tous les iours : car il couſte peu : mais ni l'idole de Mercure ni de Serapis ne ſont pas redorees tous les iours : car il couſte d'auantage. Meſme ce qui fait plus gaigner les artiſans, c'eſt l'ambition & plaiſir deſordonné des hommes, ou ils les employent plus ſouuent que pour leurs ſuperſtitions. Pour exemple, ce que lon deſire auoir des couppes & des plats d'or & d'argent és temples, cela vient plus d'vne ambition que d'vne religion. || Ce que lon a des couronnes & chapeaux ſur la teſte aux ſacrifices des idoles, cela vient plus d'vn plaiſir deſordonné des hommes, que pour ſolennizer ſainctement le iour du Sainct. Partant quand nous exhortons les hommes à fuir tout meſtier & vacation, qui forge ou l'idole, ou choſe qui y ſert, il faut auoir eſgard, & faire ceſte diſtinction, qu'il y a beaucoup de choſes qui peuuent auſſi bien ſeruir aux hommes comme aux idoles : afin que nous-nous donnions de garde, que prudemment & ſciemment on ne tire quelque choſe de nos mains pour en honorer les idoles. Car il nous la donnons, & que nous n'vſions des remedes & proteſtations en tel cas accouſtumees, i'eſtime que no9 ne ſommes point purs du mal & contagion de l'idolatrie, veu que nos mains ſont ſurpriſes s'eſtre employees pour le ſeruice & honneur & vſage des diables, & que nous l'auons bien ſceu. Nous auons outre tout ceci obſerué, qu'il va quelques arts & ſciences coniointes & adonnees à idolatrie. Il ne || faudroit point parler de l'Aſtrologie: car il eſt certain. Mais d'autant que ces iours paſſez quelcun contrediſt, voulant dire & defendre, qu'eſtant receu il pouuoit perſeuerer en ceſte profeſſion, i'en parleray en peu de mots, le n'allegueray point contre luy qu'il fait honneur aux idoles, veu qu'il approprie leurs noms aux eſtoilles du ciel, auſquelles meſmes il tranſporte toute la puiſſance de Dieu. Car d'autant que les hommes eſtiment que nous ſommes gouuernez par la volonté & cours immuable des eſtoilles, pour ceſte cauſe ils ne penfent point qu'il faille prier ni inuoquer Dieu. Mais ie diray vne choſe, c'eſt que ce ſont les anges traiſtres à Dieu, amateurs des femmes, qui ſont les propres inuenteurs de telle curioſité & vanité, & qui ſont meſmes damnez de Dieu. O ſentence digne d'eſtre notee, qui meſmes eſt paruenue iuſques en terre, à laquelle les ignorans rendent ce teſmoignage, aſſauoir que les Mathematiciens & Aſtrologues ont eſté par eux dechaſſez, comme les Anges inuenteurs || de leur ſcience, dechaſſez de Dieu. La ville de Rome & l'Italie a eſté defendue aux Aſtrologues & Mathematiciens, comme le ciel à leurs Anges. L'exil eſt la peine donnee & aux maiſtres & aux diſciples. Mais ſi quelcun repliquoit, Les Mages vindrent d'Orient pour adorer Chriſt: & puis diſoit-il, Nous ſauons quelle affinité il y a entre la Magie & l'Aſtrologie. Bref ce ſont les Mages, qui les premiers ont annoncé la naiſſance de Chriſt, c'eſt eux-meſmes qui les premiers luy ont fait preſent. Ie croy que pour cela il voudroit dire que Chriſt leur ſeroit obligé. Mais que conclud-il de tout ceci? Ne voudroit-il point auſſi maintenir par meſme moyen, que la religion que ſuiuoyent ces Mages, ſeroit bonne & ſaincte, & que quand les Mathematiciens &Aſtrologues en ſeroyent, cela les excuſeroit? Mais la Mathematique, que nous auons maintenant, eſt de Chriſt, & n'obſerue point les eſtoilles ni de Saturne, ni de Mars, pour predire quelque choſe par là, mais elle regarde l'eſtoille & la lumiere de || Chriſt & de to9 autres, qui ſont morts en luy & en ſon ordre. Dauantage la ſcience de tels Mages a eſté ſupportee de Dieu, iuſques au temps de l'Euangile, afin que Chriſt ni aucun n'euſt plus à s'enquerir & interpreter la naiſſance d'homme viuant par le cours & diſpoſition du ciel. Et pour ceſte meſme cauſe les Mages offrirent à ceſt enfant, eſtant deſia Seigneur, de l'encens, de la myrrhe, & de l'or, pour ſignifier la fin de la ſacrificature & gloire legale denoir eſtre, laquelle Chriſt eſtoit venu oſter & accomplir. Or le longe qu'eurent ces Mages auſſi, leur ſignifioit le meſme, quand il leur fut dit qu'ils retournaient en leurs contrees, non pas toutesfois par la meſme voye, par laquelle ils eſtoyent venus, mais par autre: qui eſtoit à dire qu'ils ne ſuiuiſſent plus leur premiere profeſſion de Notez pour plus
claire ſolution de ceſte
difficulté, que la ſcience de ces
Mages n'eſtoit pas à
obſeruer particulierement
la naiſſance | d'vn chacun, &
predire ce qui luy
denoit aduenir, ou non.
Ce que font les Aſtrologues &
de noſtre temps &
du temps de Tertullian.
Mais avans quelque
cognoiſſance &
obſeruation ſur
le cours ordinaire des
eſtoilles, furent
eſtonnez de l'eſtoil
le qu'ils apperceurent
extraordinairement eſtre
au ciel et cognurent
qu'elle prediſoit quelque
grand' choſe. Dauantage,
pour cela, tout ce
que ces Mages auroyent
peu faire de leur ſcience,
n'eſt pas approuué par
l'Eſcriture, mais ce faict
ſeulement, qui eſt
vne choſe extraordinaire,
pour la confuſion des
Iuifs. La ſolution que
donne Tertullian, baſtit
de l'eſteulle & du
ſoin ſur vn bon fondement
de l'Eſcriture ſaincte,
par vne interpretation
trop allegorique.
Magie. Car cela ne leur a point eſte dit de peur qu'Herodes les pourſuiuiſt, veu qu'il ne les a point pourſuiuis, encores qu'il ne ſeuſt pas qu'ils s'en fuſſent retournez par autre chemin: car auſſi || ignoroit-il par quel chemin ils eſtoyent premierement venus. Partant il nous faut entendre par ceſte autre voye, vne autre diſcipline & droite ſcience: & par ainſi qu'il leur a eſté pluſtoſt commandé, que doreſnauant ils cheminaſſent en autre profeſſion que la leur premiere. Autant en faut-il eſtimer de ceſte autre forte de Magie, qui beſongne par miracles, & qui a reſiſté à Moyſe, que la patience de Dieu l'a ſupportee iuſques au temps de l'Euangile. Car depuis ce temps, Simon le Magicien eſtant meſme receu en l'Egliſe, par ce qu'il retenoit encores quelque choſe de la Magie & de ſa ſecte trompereſſe (car il vouloit entre les autres miracles de ſon art, faire que par l'impoſition des mains il peuſt vendre le ſainct Eſprit) il fut maudit des Apoſtres, & ietté hors de l'Egliſe. Depuis vn autre Magicien, qui eſtoit auec Sergius Paulus, fut || priué de la veuë, par ce qu'il reſiſtoit aux meſmes Apoſtres. La meſme malediction & punition euſt eſté enuoyee ſur les Aſtrologiens, comme ie peux croire, ſi quelques vns le fuſſent trouuez de leur temps. Mais puis que la Magie eſt condamnée & punie de Dieu, & que l'Aſtrologie eſt vne parue & eſpece de ceſte Magie, il eſt tout certain qu'elle eſt auſſi condamnée & reprouuee. Et de faict, nous ne trouuerons point qu'il y ait eu apres l'Euangile preſché ni Sophiſtes, ni Chaldeés, ni Iſaie 33. Ceſte
interpretation eſt
trop allegorique,
combien que le fondement
de ceſt autheur ſoit
bon de reprouuer la
Magie miraculeuſe.
Partant ici meſme il
baſtit de l'eſteulle
ſur la parole de Dieu,
& ſur vn bon
fondement, I.Cor.3.3.
enchanteurs, ni deuineurs, ni Magiciens, qui n'ayent eſté punis. Où eſt le ſage, où eſt le lettré, où eſt le ſauant de ce ſiecle? Dieu n'a-il pas affollé la ſageſſe de ce monde? Tu ne ſais rien toy Mathematicien, des choſes futures, ſi tu ne ſauois que tu deuois eſtre quelque iour Chreſtien. Si tu le ſauois bien, tu deuois auſſi ſauoir que tu ne pouuois ſuiure ceſte tienne profeſſion, & ton art & ſcience te deuoit aduertir du danger où elle eſtoit, toy eſtant fait fidele, veu qu'elle ſe meſle de predire aux || autres les années & euenemens dangereux. Toy Mathematicien, ſi tu veux eſtre Chreſtien, tu n'as plus ni part ni portion en ta profeſsion de Magie: car celuy ne peut eſperer auoir part au royaume des cieux, duquel le doigt & la ligne abuſe du ciel meſme. Or outre tous ceux-ci, il faut ſauoir touchant les maiſtres d'eſchole, & tous autres profeſſeurs des bonnes lettres: & n'y a doute que nous trouuerons que ce qu'ils font, ſent ſon idolatrie. Premierement Il parle des maiſtres
d'eſchole & des profeſſeurs
de ſon temps. Toutesfois
ceux de main renant
doiuent lire diligemment
ceci, pour ſauoir
s'ils font encore
choſe ſemblable
à ce qui eſt
repris en ce paſſage,
comme participant a
l'idolatrie.
il leur eſt de neceſsité de traiter les louanges des dieux des Gentils, de reciter leurs noms, leurs genealogies, leurs fables, leurs accouſtremens, & tout ce qui leur eſt attribué pour magnificence: item de garder & obſeruer les ſolennitez & iours de feſtes qui leur ſont dediez : car meſmes ils leur donnent de leur gain & reuenu. Et qui eſt le maiſtre d'eſchole, qui ne frequente la ſolennité des quatre feſtes de Minerue, encore qu'il ne vienne point à l'idole & temple d'icelle? Car meſmement vn chacun conſacre & donne à || l'honneur & au nom de la deeſſe Minerue le premier mois de Elle eſt comme
S.Catherine, la ſaincte &
patrone des petis eſcholiers
de noſtre temps.
les nouueaux eſcholiers: tellement que combien qu'il ne ſoit point ſouillé au ſeruice de quelque idole, toutes fois d'autant que ce qu'il gaigne & reçoit de ſes mois, eſt fait par luy comme vne choſe conſacree à l'idole, luy-meſme doit eſtre fuy & euité comme vn idolatre. Et vn tel gain de mois ainſi du commencement dedié à l'honneur & au nom d'vne idole, & ce qu'il luy donne, eſt-ce choſe moindre qu'vne pure idolatrie? Les quatre feſtes de Minerue ſont tout ainſi feſtes de l'idole Minerue, comme les feſtes de Saturne ſont feſtes de l'idole Saturne : leſquelles feſtes de Saturne ſont auſsi gardees au temps des Saturnales, & celebrees par les vallets & chambrieres. Dauantage, és eſcholes il faut donner les eſtrenes au premier iour de l'an, comme font les Payens, payer le vin de la feſte des Sept montagnes de Rome, le vin Ceci eſtoit comme
la feſte du Landi,
que font les eſcholiers
à Paris.
d'hyuer, porter tous les preſens accouſtumez d'eſtre donnez pour la chere parenté, || mettre des chapeaux de fleurs àl 'entour de l'eſchole : tellement qu'au meſme iour que les magiſtrats Aediles, & les femmes des Preſtres Payens ſacrifient à la deeſſe Ceres, à ce iour meſme les eſcholes font leur feſte. Et les meſmes choſes qui s'y font, ſont celles que lon a accouſtumé faire au iour & feſte de la natiuité de quelque idole : tellement que toute pompe diabolique eſt lors veuë. Qui fera maintenant celuy, qui puiſſe eſtimer qu'il ſoit conuenable à vn Chreſtien de faire ceci, ſinon celuy qui voudra dire que toute autre perſonne qu'vn maiſtre d'eſchole en peut faire autant? Or nous entendons bien qu'on pourra repliquer, S'il n'eſt pas permis aux ſeruiteurs de Dieu d'enſeigner & tenir eſcholes, il ne leur eſt pas auſsi permis d'y aller ni d'apprendre. Mais ie reſpon, Comment ſeroit-il poſsible qu'aucun fidele fuſt bien inſtruit, & fuſt propre à quelque conduite des choſes humaines, ou à traiter choſe que ce ſoit, ſans auoir les lettres, qui ſont les vrais inſtrumens || de bien conduire toutes choſes en ceſte vie? Dauantage, comment teietterions-nous les eſtudes ſeculieres, veu que les lettres diuines ne ſe peuuent apprendre ſans elles? Mais conſiderons qu'en ceſte necefsité il y a ceſte diſtinction, que pour le regard des choſes qu'il y faut faire, il n'eſt loiſible d'accorder à tenir les eſcholes, & qu'il les faut fuir pour ce regard, & qu'il vaut mieux que l'homme fidele apprenne, que non pas qu'il enfeigne. Car il y a vne autre raiſon de celuy qui enſeigne & de celuy qui apprend. Car quant à l'homme fidele, qui tient eſchole, & enſeigne les lettres pleines de la louange des idoles, ſans doute il les louë, entant qu'il les enſeigne, & les aſſeure, entant qu'il les baille : & leur rend teſmoignage, entant qu'il les recite. Meſmement il honore les idoles de ce nom de Dieu: & toutesfois la Loy de Dieu, comme il a eſté dit, defend d'en appeller autres dieux qu'vn ſeul, & veut que toute autre choſe qui a ce nom, ſoit eſtimee fauſſe & vaine. Voire que c'eſt || la premiere inſtruction & foy que lon a au diable, que celle qui ſe prend ainſi de ces premiers fondemens & enſeignemens qui ſont donnez aux eſcholes. Demande à qui tu voudras, il ceſtui là n'eſt pas vray idolatre, qui catechiſe & inſtruit les ieunes enfans touchant les idoles. Quant au fidele qui apprend, s'il a deſia ſens & iugement pour cognoiſtre ce qu'il eſt, il ne reçoit & n'approuue aucune de toutes ces choſes qui luy ſont racontees: & s'il n'a point encores de iugement, encores moins les approuue-il: & quand il commencera à auoir iugement, il doit premierement iuger & cognoiſtre ce que premierement il a appris touchant le vray Dieu & foy Chreſtienne: & par ce moyen il reiettera toutes ces fables des idoles, & ſera en auſſi grande ſeurete que celuy qui cognoiſt bien le venin, iaçoit que celuy qui le luy prefente ne le ſache pas, & Il appert que de ce temps-là
il n'y auoit encore aucune
eſchole fidele, où lon enſeignaſt,
comme touteſfois lon en
trouue auiourd'huy, graces à
Dieu: & ainſi Tertullian penſe
pouuoir eſtre permis d'aller à
l'eſchole des Payens. Mais
ce conſeil eſt bien dangereux, à
ceux principalement que
n'ont pas encore la diſcretion
pour laiſſer le mal &
prendre le bien. Et eſt
pour le plus ſeur
de n'y aller point mais
aller à l'eſchole d'vn
maiſtre fidele, ou eſtre
enſeigné en la maiſon.
I.Tim.6.10, Epheſ 5.5.
pourtant qui ne le boit pas. Et ainſi la neceſſité ſemble excuſer celuy qui va à telles eſcholes pour apprendre : car autrement il ne || pourroit apprendre. Et eſt plus licite à l'homme fidele d'aller apprendre en telles eſcholes, que de les tenir & y enſeigner, comme il luy eſt plus aiſé, eſtant diſciple, de fuir & euiter toutes les ſouilleures de leurs feſtes & ſolennitez, qu'il ne luy eſt pas aiſé, eſtant maiſtre, de ne les frequenter. Mais il faut ſauoir touchant les trafiques & marchandiſes. Or en premier lieu, ſi nous examinons les autres pechez, nous trouuerons que la racine de tous maux c'eſt la conuoitiſe de gain, en laquelle quelques vns eſtans empeſtrez, ont fait naufrage de la foy, laquelle meſme conuoitiſe eſt appellee par l'Apoſtre Idolatrie. Dauantage, il y a la menterie, qui eſt compagne ordinaire, & ſeruante de ceſte conuoitiſe de gain. Ie me tais des faux ſermens qu'on y fait communement : car les ſermens ſont entierement condamnez en tels cas. Quoy donc? la marchandiſe peut-elle eſtre demenee par vn homme Chreſtien? Si les hommes n'auoyent point ceſte conuoitiſe de gaigner, beaucoup || de marchandiſes qui ſont, ne ſeroyent point: car le moyen de gaigner eſt telle trafique, & la cauſe ceſſante, telles trafiques ceſſeroyent. Mais pourueu que ce ſoit vne trafique iuſte, ou lon ne trompe ni ne mente point, elle eſt permiſe. Mais toute trafique qui ſert ou à baſtir ou à repaiſtre l'idole, eſt crime d'idolatrie. N'eſt-ce pas vne vraye idolatrie, quand on vend les marchandiſes oui leur ſont ſacrifiees, comme l'encens & autres odeurs eſtranges? Ie fay bien que telles marchandiſes nous peuuent ſeruir, ou és medecines, ou pour enſeuelir les morts. Mais quand les pompes, les preſtres, les ſacrifices des idoles ſont enrichis & faits par les dangers, par la perte, par le ſouci & les voyages de ces trafiques, qu'es-tu autre choſe ſinon vu procureur & petit ſolliciteur de la gorre des idoles? Or pour ceci que perſonne ne penſe que lon peut condamner toutes ſortes de trafiques par ce moyen. Car ie di que les pechez où nous pouvions tomber, tant plus, ils ſont grans & enormes, || tant plus s'en faut-il ſongneuſement garder, non ſeulement pour nous donner de garde de tomber en iceux, mais en toute autre choſe en laquelle ils peuuent eſtre apperceus. Car ſi c'eſt par mon moyen que telle faute ſe commet, c'eſt tout vn, & cela ne m'excuſe pas de dire que c'eſt par autre qu'elle eſt faite: car ie ne doy me rendre ſuiet, ni aider en choſe qui ne m'eſt permiſe de faire. Et en ce meſme qu'il m'eſt defendu de faire telle faute, ie doy mettre peine, que ie ne donne occaſion aucune d'eſtre faite par autre quel qu'il ſoit. Pour exemple, ie propoſe vn faict de non moindre conſequence, aſſauoir de la paillardiſe & fornication, laquelle d'autant qu'elle m'eſt defendue, ie ne doy ſeruir à aucun que ce ſoit pour ce faict ni de ma peine, ni de ma conſcience. Et comme ie me doy retirer du bordeau moy-meſme, ie cognoy auſſi que ie n'y doy ſeruir à autre ni de maquereau, ni de moyen qui ſoit, encores qu'il y euſt à faire gain. Autre exemple, La defenſe de ſacrifier aux || idoles condamne auſſi & reiette de l'Egliſe le boucher qui tue la beſte du ſacrifice, encore qu'il ne face pas luy-meſme ce qu'il baille & laiſſe aux autres à faire, c'eſt à dire, qu'il ne ſacrifie pas la beſte. Voici encores vn exemple plus approchant. Si vn marchant publie, & fourniſſeur des beſtes à ſacrifier, vient à l'Egliſe, luy permettra lon faire & continuer telle trafique & marchandiſe? ou ſi eſtant fidele, il entreprend à la faire, demourra-il en l'Eglile? Ie croy que non: comme ſi quelcun vouloir auſſi ſupporter & endurer en l'Egliſe vn marchant fourniſſeur d'encens à ſacriſier. Car combien que l'vn fourniſſe de ſang & de beſte, l'autre d'encens & d'odeur, c'eſt tout vn. Quoy? ſi premier que les idoles fuſſent au monde, l'idolatrie toutesfois ſe faiſoit deſia par telles drogues & encenſemens, & ſi encore maintenant, ſans auoir vn idole, l'idolatrie ſe fait par ces bruſlemens d'odeurs, qui eſt la choſe qui ſoit de plus grande importance pour entretenir l'idolatrie, que || tel marchant fourniſſeur d'encens? Car plus aiſément les idolatres ſe paſſent d'idole, que d'encens. Interroguons meſme la conſcience d'vn tel homme, auec quel viſage tel marchant ſe diſant Chreſtien, oſera-il paſſer par le temple des idoles? De quelle façon pourra-il ſe moquer, & eſteindre leurs autels fumans & allumez, veu que c'eſt luy qui les fournie? En quelle confiance Pour le temps de Tertullian
ceſte vertu d'exorcizer
duroit encore en l'Egliſe,
auiourd'huy non.
exorcizera & chaſſera-il les diables qu'il nourrit, veu qu'il fait de ſa maiſon vn grenier pour eux? Et encore qu'il euſt chaſſé le diable, que pour cela il ne ſe flatte point: car il ne le chaſſe pas comme ennemi, mais comme d'vn ami il peut fort aiſément obtenir qu'il s'en voiſe, veu qu'il le nourrit tous les iours. Partant il faut conclure qu'il n'y a meſtier, ni profeſſion, ni trafique, qui ſerue & adminiſtre quelque choſe pour forger ou parer les idoles, qui ſe puiſſe exempter du crime & nom d'idolatrie, ſi nous ne voulons dire que l'idolatrie eſt autre choſe que le feruice & peine que lon prend à honorer || ou faire honorer les images & idoles. C'eſt à tort que nous-nous armons de la neceſſité de noſtre vie, quand apres auoir receu la foy, nous difons, Ie n'ay autrement dequoy viure. Car il nous faut reſpondre plus franchement à telle ſotte excuſe, c'eſt trop tard que cela eſt allegué. Car à l'exemple de ce ſage & prudent baſtiſſeur, il falloit premierement deliberer: car celuy-la premiere Luc 14.38 ment ſupputa les frais de ſon œuure & baſtiment auec ſes facultez, de peur qu'ayant vne fois commencé, & ne pouuant parfaire, il fuſt tout honteux. Et qui plus eſt, tu as le dict de noſtre Seigneur, lequel t'oſte toute excuſe. Car qu'allegues-tu, Ie crain d'auoir diſette? Et le Seigneur au contraire appelle ceux-là heureux, Matt.5.10  qui ont faute pour ſon Nom. Tu dis, Ie n'ay dequoy viure: & luy il Matt.6.28 dit, Ne ſoyez point ſollicitez de voſtre viure. Et auons meſme l'exemple du lis, pour croire que Dieu nous veſtira.Tu dis, Ie n'auray Luc 13.37 rien: & luy il dit, Qu'il faut vendre tout ce que tu as, & le donner aux poures. Tu dis, || Il faut auoir ſoin de ſes enfans & de ſa poſterité: & luy il dit, Perſonne n'eſt propre pour me ſeruir, qui met la main à la charrue, & regarde derriere luy. Luc 9.62 Tu dis, l'eſtois achalandé, & couché en eſtat: & luy il dit, Nul ne peut ſeruir Matt.6.24 à deux maiſtres. Si tu veux eſtre diſciple du Seigneur, il eſt neceſſaire que tu ſuiues le Seigneur, & que tu portes ta croix, c'eſt à dire tes afflictions & ennuis, ou tu n'as que le corps, & non le cœur, en l'Egliſe de Chriſt: car il faut laiſſer ſes parens, ſa femme, ſes enfans pour ſeruir à Dieu. Tu doutes donc encore ſi tu delaiſſeras ton meſtier ou profeſſion ou marchandiſe, à caufe de tes parens ou de tes enfans. Mais deſlors que Iaques & Iean ont eſté Marc 1.20 appellez du Seigneur, & delaiſſerent pour le ſuiure leur pere & leur nacelle dés ce temps-là, il nous a eſté demonſtré qu'il nous faloit quitter & enfans & meſtiers & marchandiſes pour l'honneur de Dieu. Le meſme nous a eſté demonſtré, quand Matthieu delaiſſa Matth.9.2 fon peage: & le meſme auſſi, puis que || c'eſt trop tardé pour homme qui a la Matt.8.21 foy, que d'attendre qu'il ait enſeueli ſon pere. La foy ne craint point la faim, & fait auſſi hardiment l'endurer pour Dieu, que toute autre forte de mort. Car puis que la foy n'a point de peur de ſa vie meſme, comment l'auroit-elle de ſon viure? Mais ſi quelcun dit, Le quantieme eſt-ce qui a fait ceci? Ie reſpon, que ce qui eſt difficile aux hommes, eſt facile à Dieu. Et en tout euenement ſi ne faut-il pas tellement nous flatter ſous la miſericorde & bonté de Dieu, que nous-nous laſchions la bride à commettre faict approchant de l'idolatrie : mais il nous faut fuir meſme de bien loin toute haleine d'idolatrie autant que peſte, non ſeulement és choſes dont nous auons parlé par ci deuant, mais en toutes autres choſes & ſuperſtitions que les idolatres font, ſoit à leurs dieux, ſoit à leurs morts, ſoit à leurs Rois, comme eſtans toutes ces choſes propres & faites aux eſprits immundes, ſoit que lon leur face ſacrifices, & cree preſtres, ſoit que lon leur || face des ieux & choſes ſemblables, ſoit que lon leur face iours de feſtes. Mais touchant les ſacrifices & la preſtriſe des idoles, qu'eſt-il beſoin que i'en parle d'auantage? D'autre part, nous auons deſia eſcrit vn autre liure touchant les ieux & ſpectacles & tels plaiſirs faits à l'honneur des idoles & images. Il reſte à traiter des iours de feſtes & autres ſolennitez extraordinaires, leſquelles nous auons accouſtumé d'imputer ou à noſtre laſciueté, ou à noſtre timidité, pour nous excuſer contre la diſcipline de l'Egliſe toutefois, & par leſquelles ce pendant nous communiquons auec les Payens en leur idolatrie. Mais en premier lieu ie parleray de ceci, ſauoir ſi vn vray ſeruiteur de Dieu peut en bonne conſcience communiquer auec les infideles en habits, en façon de viure, en ſortes de ieux ordonnez pour leurs feſtes. En quoy il faut conſiderer que ce qui eſt dit par l'Apoſtre, qu'il Rom.12.15 faut rire auec ceux qui rient, & pleurer auec ceux qui pleurent, ſe doit faire, quand nous ſommes auec perſonnes fideles, || pour nous exhorter à vnion 2.Corint. 6.14. mutuelle. Car ceci eſt touſiours vray, qu'il n'y a point de communion entre la lumiere & les tenebres, la vie & la mort: autrement nous contrediſons à ce que l'Eſcriture deuife en diſant, Le Iean.16.20 monde s'eſiouyra, mais quant à vous, vous pleurerez. Que ſi nous voulons rire auec le monde, il eſt à craindre que puis apres nous ne plorions auſſi auec le monde. Mais ce pendant que ce monde s'eſiouit , plorons, afin que quand il pleurera, nous-nous eſiouyflions. Âinſi, pour exemple, Lazare eſtant mort, auoit ioye & refreſchiſſement Luc.16.20 au ſein d'Abraham: & au contraire, le riche eſtoit en vn perpetuel tourment de feu, pour monſtrer la diuerſe recompenſe du bien & du mal qu'ils auoyent tous deux. Mais on dira, Tels iours ſont iours aſſignez pour receuoir les preſens qu'on nous fait de telles feſtes, leſquels preſens ſont donnez à quelques vns pour honneur ſeulement, & aux autres ils ſont payez comme choſe deuë. Quant à moy, diras-tu, ce iour || là ie receuray ſeulement ce que m'eſt deu, ou ie payeray à ce iour-là ce que ie doy. Mais puis que telle couſtume de donner tels preſens eſt introduite par vne pure ſuperſtition des hommes, pourquoy prens-tu part és choſes conſacrees à telles feſtes & à leurs idoles, toy qui as renoncé à toute telle vanité & menſonge? Et quant à ce que tu allegues de payer ce iour-là, c'eſt vne faute: comme s'il t'eſtoit enioint de payer preciſément ce iour-là, & comme il vn autre iour tu ne pouuois pas auſſi bien payer ce que tu dois, ou receuoir ce qui t'eſt deu, comme en ceſtui-ci. Paye vne autre fois, ſans prendre nommément ce iour-là, ou reçoy vn autre iour, & trouue vn moyen pour faire ton affaire autrement. Car pourquoy celeras-tu ce que tu crois? car en le celant, tu polluës ta conſcience par l'ignorance d'autruy. Si lon fait bien que tu es Chreſtien, on te tente par ce moyen: & ce que tu fais, eſt contre la conſcience de opinion de ceſt autre auquel tu as affaire, qui penſe que tu ne || fois point Chreſtien: voire meſme qu'il fera bien ſemblant quelquefois de ne tu cognoiſtre pas, afin que t'ayant tenté, & ayant fait de toy ce qu'il veut, tu foi coulpable. Et certes ſoit en vne ſorte ſoit en l'autre, tu es touſiours coulpable & confus deuant Dieu. Or Chriſt dit, Qui aura eu honte de moy deuant les hommes, i'auray honte Mat.10.33 de luy deuant mon pere qui eſt au ciel. Mais le ma? eſt, que pluſieurs des fideles ſe ſont deſi? perſuadez qu'il faut quelquefois pardonner & excuſer ce que font en tel cas les infideles, de peur que le nom de Dieu leur ſoit en haine & fait blaſphemé. A quoy ie di, que le blaſpheme du nom de Dieu, qu'il faut euiter, eſt, quand quelcun des noſtres ou par tromperie, ou par tort ou iniuré, ou autre caufe qu'il donne à vn infidele, luy donne iuſte occasion de blaſphemer le nom de Dieu. Car en tel cas l'infidele iuſtement a en haine le nom de noſtre Dieu, & Dieu meſme eſt prouoqué & courroucé. Iſaie 52.5
Exech. 36.20.
Que ſi ce qui eſt efcrit, Mal-heurà celuy pour lequel mon Nom || eſt blaſphemé, ſe doit entendre de toute occaſion que prennent les infideles de blaſphemer le nom de Dieu, nous ſommes tous perdus: veu que ſans que nous donnions iuſte cauſe, tout le peuple aſſemblé és marchez & places publiques, ordinairement maudit & blaſpheme le nom de Dieu d'vne commune voix : & ceſſons d'eſtre Chreſtiens, & ce peuple ne le blaſphemera pl9. Mais au contraire continuons & perſeuerons d'eſtre Chreſtiens, & qu'il ſoit blaſpheme par eux tant qu'ils voudront, pourueu que ce ſoit d'autant que nous gardons la docttrine de l'Euangile, & non d'autant que nous-nous en deſbauchons: pourueu que ce ſoit d'autant que nous ſommes trouuez vrais, & non d'autant que nous ſommes trouuez faux Chreſtiens: pourueu que ce ſoit vn maudiſſon ietté par eux, qui nous teſmoigne martyrs de Dieu, entant que lors nous ſommes cognus & approuuez vrais Chreſtiens, quand pour la religion nous leur ſommes en execration. Ce nous eſt benediction que leurs || maudiſſons, Gal.1.10 pour auoir gardé la doctrine de Dieu. Et S.Paul dit, Si ie voulois plaire aux hommes, ie ne ferois pas ſeruiteur de Chriſt. Mais quelcun dira, Le 1.Cor.10.33 meſme Apoſtre veut que nous-nous eſtudions à plaire à tous, Comme moy-meſme, dit-il, ie plais à tous en toutes chofes. Mais ie demande,eſt-ce en celebrant les feſtes Saturnales & Calendes de Ianuier, qu'il plaiſoit aux hommes, ou bien parla modeſtie, patience, grauité, humanité & rondeur? Et ainſi quand il dit autre 1.Cor.9.22. part, I'ay eſté fait tout à to9, afin que ie gaignaſſe tous: ſauoir ſi S. Paul a eſté idolatre auec les idolatres, Pay en auec les Payens, mondain auec les mondains? Et combien qu'il ne defend pas du tout de conuerſer auec les idolatres & paillars, & autres pecheurs de ce monde (car comme il dit, il nous faudroit ſortir 1.Cor. 5. 10. entierement de ce monde) toutefois pour cela il ne nous donne pas telle bride en conuerſant & nous trouuant auec eux, que nous deuions pecher comme eux ni auec eux. Car ce que ſainct Paul nous permet, || c'eſt pour les negoces de celle vie: mais de pecher auec eux, perſonne ne nous le permettra iamais. Il eſt permis de faire ſes affaires auec les infideles, mais il n'eſt pas permis d'eſtre auec eux iuſques à la mort. Nous pouuons bien manger auec tous, & nous reſiouir auec, en communiquant à leur nature, & non à leurs ſuperſtitions. Car nous ſommes pareils & ſemblables à eux de nature & d'ame, mais non pas de religion : & poſſeſſeurs du monde auec eux, mais non pas de leur erreur. Or ſi no9 ne pouuons iuſtement communiquer en mal auec les infideles & eſtrangers de la foy, combien eſt-il plus pernicieux de le faire auec les fideles & les freres? Car qui eſt-ce qui pourra dire ou ſouſtenir qu'il eſt permis de le faire? Pour preuue de ceci, le ſainct Eſprit reproche aux Iuifs leurs iours de feſtes. Mon ame, dit-il, a en haine vos Iſa.1.14. ſabbaths & nouuelles lunes & ceremonies. Comment donc Comme la ſeſte
de ſainct Martin.
pouuons-nous frequenter les feſtes Saturnales, celebrer les Calendes de Ianuier, le iour d'hyuer, la feſte des || matrones, donner preſens en ces iours-là, comme font les infideles, faire eſtreines, ieux & banquets ſolennels: veu que les Sabbaths, les nouuelles lunes & ceremonies, qui meſme quelque fois ont eſté approuuees de Dieu, nous ſont auiourd'huy en haine & deteſtation? O combien la foy des Payens pour leur religion eſt plus ferme que la noftre! Car quant a eux, ils ne gardent aucune, feſte ni ſolennité des Chreſtiens, ni iour de Dimanche, ni de Pentecoſte: voire meſme s'ils les ſauoyent, ils ne feroyent leurs feſtes au meſme iour que nous: car ils craindroyent d'eſtre eſtimez Chreſtiens. Mais quant à nous, nous n'auons point peur d'eſtre iugez Payens. Si tu veux prendre quelque repos, tu as iours pour ce faire, voire plus que les Payens. Car d'eux, ils n'ont que le premier iour d'vn chacun an ſolennel: & toy de huit iours en huit iours tu en as vn. Compte meſme tous les iours des feſtes qui ſont chommees entre les Payens, & les enfile, elles n'ont point autant de temps que la || Pentecoſte, C'eſt à dire, cinquante iours. laquelle ta chommes. Au reſte, touchant la lumiere qui eſt miſe és meſmes iours de feſte, tu allegues qu'il eſt dit, Que vos Mat.5.16 œuures reluiſent & ſoyent lumiere. Mais ie reſpon, que maintenant ce ſont nos ouurouers & nos portes qui reluiſent de lumiere, & non nos œuures. Car on trouuera plus de portes d'infideles eſtre ſans luminaire, & ſans bouquets de laurier, aux iours des feſtes Payennes, que non pas de portes de Chreſtiens. Ce qui vient bien a propos pour diſputer: car il faut parler meſmement de ceci. Mais en brief, il telle choſe eſt faite pour l'honneur de l'idole, ſans doute tout honneur fait à l'idole, eſt idolatrie: ſi elle eſt faite à noſtre aduis en faueur des hommes, ſachons que toute idolatrie a eſté premierement eſtablie pour honorer les hommes. Sachons auſſi que toute idolatrie eſt honneur fait aux hommes, attendu que les dieux des Payens ont eſté purs hommes, comme il conſte entre eux-meſmes: & n'y a point de difference, ſoit que telle ſuperſtition || ſoit eſtablie pour honorer les viuans, ſoit les morts. Car l'idolatrie n'eſt pas condamnee pour les perſonnes eſquelles elle eſt faite, mais pour autant qu'elle rend aux hommes le deuoir & ſeruice Luc 20.25 qui eſt inuenté du diable. Tu diras, Il faut rendre à Ceſar ce qui eſt à Ceſar. Il eſt vray. Mais eſcoute ce qui eſt adiouſté, Et faut rendre à Dieu ce que eſt à Dieu. Demandes-tu qui ſont les choſes qui appartiennent à Ceſar? Ce ſont celles deſquelles pour lors il eſtoit queſtion, ſauoir, s'il fallait rendre à Ceſar le tribut, ou non. Et pour donner à cognoiſtre cela, le Seigneur demanda qu'on luy monſtraſt la ſorte de monnoye, & leur demanda de qui eſtoit ceſte image. Et quand il eut ouy qu'elle eſtoit de Ceſar, il leur dit, Rendez à Ceſar ce qui eſt à Cefar, & à Dieu ce qui eſt à Dieu: ſauoir eſt, l'image de Ceſar qui eſtoit en ceſte monnoye, à Ceſar, & l'image de Dieu qui eſt en l'homme, à Dieu: afin que nous rendions à Ceſar noſtre taux de taille, & que nous-nous rendions nous-meſmes à Dieu. Car que || demourra-il à Dieu, il tout eſt à Ceſar? Tu repliqueras,c'eſt donc vn honneur propre à Dieu, que d'auoir du luminaire à nos portes, & vne branche de laurier ſur le ſueil de nos huis. Ie confeſſe bien que ce n'eſt pas vn honneur propre à Dieu, mais ie di, que quand ceci le fait, il ſe fait comme à celuy qui eſt eſtimé eſtre Dieu, comme lon peut apperceuoir de ce qui apparoiſt notoirement: outre qu'il y a encore vn mal pl9 ſecret, & operation en ceci tendant à l'honneur des diables. Car nous deuons ſauoir, ſi d'auenture faute d'auoir leu leurs liures, nous l'ignorons, qu'il y a eu entre les Romains meſmes des dieux affignez aux portes, comme la deeſſe Cardea, ou Gondonniere, qui eſtoit ainſi appellee, d'autant qu'elle gardoit les gonds des portes : Le Dieu Forculus ou Huiſſerot, qui preſidoit ſur les huis: le Dieu Limentinus ou Encrier, qui eſtoit à l'entree : le dieu Ianus ou Portier, qui eſtoit à la porte. Or nous ſanons que combien que ces noms ſoyent choſes vaines & || forgees à plaiſir, toutefois que puis que lon y a mis quelque ſuperſtition, ils attirent les diables & les eſprits immundes par le lien de Conſecration & dedicace qui leur a eſté faite de telles choſes: car autrement les diables n'ont point de propre nom, ſinon celuy des choſes qui leur ſont dediees. Nous auons meſme leu, qu'entre les Grecs Apollo s'appelle Thyreen, c'eſt à dire Porrier, par ce que les portes luy ſont conſacrees, & qu'ils ont des demons, nommez Anthelij, qui ſont dieux de leurs huis. Ce que le ſainct Eſprit ayant de long temps preueu, l'a predit par ſon plus ancien Prophete Enoch, qu'on auroit les huis & portes des logis en religion & ſuperſtition: comme meſmes nous voyons qu'aux lieux des eſtuues publiques on adore autres huis que ceux de nos maiſons ordinaires. Ainſi ſi ce que lon adore, & que lon met par honneur aux portes & aux huis, appartient à tels dieux, comme les idolatres le diſent, il eſt certain que le luminaire & branche de laurier qui y eſt miſe, || leur appartient auſſi, & y eſt miſe en leur honneur, & que tu fais pour l'idole tout ce que tu mets à ton huis. En quoy il n'eſt bon de celer ce que ie proteſte au nom de Dieu auoir eſté monſtré à vn frere pour ie profit de tous. C'eſt que ie ſay vn frere fidele auoir eſté de nuict & par viſion grieuement chaſtié, duquel les ſeruiteurs auoyent couronné l'huis de laurier, pour les bonnes nouuelles qui eſtoyent furuenues à la ville. Et toutefois ce n'eſtoit point luy qui auoit couronné cette porte, ni commandé de le faire, meſme auoit eſté voir ſi cela ſe faiſoit, & eſtant de retour s'en eſtoit courroucé. Mais voila comme entiers Dieu en telles choſes il faut bien inſtruire noſtre famille, & que telle inſtruction eſt bonne & ſainte. Partant en ce qui touche l'honneur que nous deuons aux Rois & aux Empereurs, nous auons vn aſſez ample commandement de l'Apoſtre, que nous obeïſſions en tout deuoir, & ſoyons ſuiets aux Magiſtrats, & Princes, Rom.13.1 & Puiſſances: mais que le tout ſe face, nous || contenans dedans ceſte borne, que nous-nous ſeparions touſiours de l'idolatrie. Et pour ce faict meſme peut beaucoup ſeruir Dan.3.38 l'exemple des trois freres, qui eſtans en toutes autres choſes treſobeïſſans au Roy Nabugodnozor, refuſerent toutefois conſtamment de faire honneur à ſon image: demonſtrans par leur faict, que d'approuuer tout ce qui s'eſleue à la façon de la hauteſſe de Dieu, eſt vne pure idolatrie. Le meſme ſe doit dire de Daniel, qui fut treſobeïſſant à Darius, & demeura en ſon office, iuſques à ce qu'il fut queſtion de l'honneur de Dieu. Car de peur de le diminuer, il ne craignit non plus les Lions du Roy, que ces trois premiers n'auoyent craint les feux. C'eſt donc à faire à ceux qui n'ont aucune lumiere de Dieu, d'allumer tel luminaire à leurs portes, de mettre au ſueil de leurs huis les branches de laurier, pour les bruſſer apres : car c'eſt à eux leſquels les feux menacent, c'eſt à eux auſquels tel teſmoignage d'ignorance & tenebres appartient, & tel commencement des || Mat.5.14
Pſal.52.10.
peines d'enfer, & non à nous. Car quant au fidele, il eſt luy-meſme la lumiere du monde, & l'arbre toujours verdoyant. Puis que tu as renoncé au temple des idoles, ne fay point des portes de ta maiſon, vn temple d'idole, le di trop peu: ie veux dire, puis que tu as renoncé au bordeau d'idolatrie, ne fay point prendre à ta maiſon la face & l'enſeigne de quelque nouueau bordeau. Mais touchant le faict & l'eſtat des ſolennitez que tous gardent en leur priué, comme de porter longues robbes ſimples & blanches le iour de fiançailles ou de nopces, ou le iour que lon donne vn propre nom à quelcun: ie croy qu'il n'y a point là de danger, pour dire que cela lente ſon idolatrie. Car il faut conſiderer les cauſes pour leſquelles on fait cela, leſquelles i'eſtime eſtre de ſoy bonnes & ſans reprehenſion: car ni telle façon des habits d'homme, ni la façon de donner l'anneau des eſpouſailles, ou de ſe baiſer, n'eſt deſcen-due d'aucune idolatrie. Et ne ſay point qu'aucune ſorte d'habit fuſt maudit de || Dieu, ſinon quand l'homme prend celuy de la femme : car l'Eſcriture Deut. 22. 5. dit, Maudit eſt tout homme qui ſe veſt d'habit & en façon de femme. Et la robbe longue de ſon propre nom eſt ſeante à vn homme. D'autre part, touchant les nopces, Dieu ne defend point plus de faire des nopces, que de prendre & de donner à quelcun vn propre nom. Mais lon dira, Mais les ſacrifices des idoles ſe font en telles robbes. Ie reſpon, que d'autant que lors ce que ie pren & porte telle robbe, n'eſt point pour eſtre à aucuns ſacrifices, mais pour aider à mon ami en ſon affaire, ie n'ay que faire du reſte: que le monde die ce qu'il voudra. Et ſeroit bien veritablement à deſirer de ne voir iamais ce qui ne nous eſt pas permis faire. Mais puis que l'idolatrie a tellement enueloppé le monde, il conuient ſouuentes fois és choſes indifferentes faire quelque choſe pour rendre le deuoir à vn ami, és choſes ou il n'eſt aucunement queſtion d'honorer vn idole. Si i'eſtois appellé à vne confrairie, ou || au banquet de ſacrifice & d'vne preſtriſe, ie n'irois pas (car cela proprement appartient à l'honneur de l'idole) ni meſme ie n'aiderois en telles affaires ni de conſeil, ni d'argent, ni de ma peine. Si eſtant appelle pour eſtre preſent au ſacrifice, & que i'y aille, ie ſuis idolatre: ſi ie ſuis appellé pour autre cauſe pour faire plaiſir à vn infidele & idolatre, ie le puis faire: autrement que feront les ſeruiteurs & les enfans eſtans fideles, & les ſergens ou vaſſaux, qui ſuiuent leurs maiſtres & ſeigneurs ſacrifians? Mais s'ils leur donnent le vin quand ils ſacrifient, voire meſme s'ils leur aident d'vne ſeule parole neceſſaire à leur ſacrifice, ils ſont coulpables comme miniſtres de l'idolatrie. Retenons donc ceſte reigle, que nous pouuons à l'exemple des Peres & Patriarches fuiure & accompagner les Magiſtrats & les Rois, leur rendant le deuoir du ſeruice que nous leur deuons: car quelques vns des Peres anciens ont fait tel ſeruice aux Rois idolatres, ſous leſquels ils eſtoyent, & les ont || accompagnez iuſques au lieu, & attendus iuſques à la fin du ſacrifice. Or de ceci vne autre queſtion eſt ſortie, ſauoir ſi vn vray ſeruiteur de Dieu, qui a quelque charge & eſtat en la Republique, peut en bonne conſcience, ou par faueur, ou par fineſſe, s'exempter de communiquer à aucun faict d'idolatrie, à laquelle toutesfois les autres eſtans en meſme charge communiquer, comme nous voyons que Ioſeph & Daniel ont adminiſtré les eſtats qu'ils auoyent, ſans ſe polluer pourtant en l'idolatrie, & ont elle en honneur & credit, portant l'eſcarlate en tout le pays d'Egypte & de Babylone. Eſtimons donc que quand il ſe pourra faire que quelque homme fidele puiſſe auoir quelque eſtat ou le titre meſme en la Republique, & que ce pendant il ne ſacrifie point, ni n'authoriſe par la prefence ou puiſſance les ſacrifices, ni n'achete les beſtes, ni ne prenne aucun ſoin des temples, ni ne procure leur reuenu, ni ne face aucuns ieux en l'honneur des idoles, ſoit de ſes propres || deniers, ſoit de deniers communs, ni ne ſoit preſident pour les faire iouer, pourueu auſſi qu'il ne prononce ni face edict pour l'entretenement des idoles, que meſmes il ne face ni defere aucun ſerment par eux, telles choſes gardees il peut demeurer en ſa charge: & quant à l'exercice de ſa iuriſdiction, pourueu auſſi qu'il ne condamne aucun ni de mort, ni d'infamie pour telles choſes, qu'il ne luy face auſſi aucun preiugé, qu'il ne rempriſonne, qu'il ne le tienne lié, ni ne luy donne la torture. Mais il eſt difficile qu'il puiſſe euiter tout cela, eſtant en eſtat public. Mais quant aux habits & marques de ſa charge, il ne faut trouuer eſtrange qu'vn chacun ait ſa façon d'habits, autre pour ſon priué, & autre pour ſa charge. Car pour exemple, l'eſcarlate & la cheſne d'or au col eſtoyent aux Egyptiens & Babyloniens les propres ornemens de leurs Magiſtrats, comme à nous Romains auiourd'huy les robbes de droguet, les robbes à plein fond, les robbes figurees, les couronnes d'or ſont || les habits des Preſtres & Magiſtrats des prouinces : combien qu'il y auoit meſme en ceci autre condition aux anciens qu'à nous. Car le temps paſſé l'eſcarlate eſtoit donnée ſeulement pour ſigne d'honneur à ceux que les Rois aimoyent : & pourtant tels courtiſans eſtoyent appellez les Pourprez ou Eſcarlets du Roy, pour l'eſcarlate qu'ils auoyent, comme encore auiourd'huj ceux qui portent la robbe blanche à Rome, ſont appellez les Blanchets. Et n'y auoit rien pour lors en tel habit, qui fuſt pour faire honneur aux idoles. Car autrement ces ſaincts perſonnages & ſi conſtans euſſent refuſé entierement les porter: & Daniel euſt eu peur en les portant, de ſembler ſeruir aux idoles, comme à Baal ou à Dragon, ce qu'en autre choſe puis apres il a fait & declaré. De quoy nous pouuons iuger, qu'vne ſimple robbe d'eſcarlate, ſans autre choſe, eſtoit ſeulement ſigne de la libre condition de ceux qui la portoyent, & non de quelque dignité, Parquoy comme Ioſeph, qui eſtoit || ſeruiteur, & comme Daniel, qui eſtoit eſclaue & captif, ont porté l'eſcarlate entre les Barbares, pour declarer que l'vn auoit obtenu droict de citoyen Egyptien, & l'autre droict de citoyen Babylonien: ainfi auiourd'huy on peut laiſſer porter aux enfans fideles, s'il eſt de beſoin, ces robbes de droguet, & aux filles fideles les longues cottes, qui ſont ſeulement marques de ce qu'elles ſont citoyennes libres, & non d'aucune charge, & qui ſont ſignes de leur condition, & non d'aucun honneur profane, & enſeignes du lieu dont elles ſont, & non d'aucune ſuperſtition. Mais la pourpre & les autres habits, qui ſont ordinaires & ſolennels à quelques eſtats & charges, & ſont vouez à vne idolatrie meſlee auec tels eſtats, apportent auec eux vne tache & profanation à ceux qui les ont: comme nous voyons que lon porte par ſuperſtition ne plus ne moins vne ſorte de droguets, & de robbe à plein fond, & de robbes figurees & ſemees de larges cloux, deuant les idoles au iour de leur || feſte, comme lon fait des flambeaux & des faiſſeaux de verges. Ce qui ſe fait à bon droict: car comme les diables ſont princes de ce monde, auſſi veulent-ils que lon porte deuant eux & la pourpre, & les flambeaux des Princes & Magiſtrats idolatres, qui ſont de leur college. Que te profitera-il à toy Chreſtien, il tu as tel habit, & que tu ne faces le deuoir de la charge? Eſtime que perſonne n'eſt iamais reputé eſtre pur entre ceux qui ne le ſont pas. Car quand tu veſtiras ceſte ſorte de robbe, qui de ſoy eſt ſouillée, eſtant ſigne d'idolatrie, il ſe pourra faire que tu ne la pollueras pas dauantage: niais tu ne ſaurois ſembler eſtre pur, pendant que tu la portes. Et quant à ce que voudrois alleguer de Ioſeph & de Daniel, ſaches qu'il ne faut pas touſiours ni en tout faire comparaiſon entre les choſes nouuelles & vieilles, entre les rudes & les plus parfaites, entre les choſes commencees & celles qui ſont accomplies, entre la condition d'vn ſeruiteur & celle d'vn homme libre. Car || ceux deſquels tu veux parler, eſtoyent ſeruiteurs & eſclaues de leur condition: mais quant à toy tu n'es ſeruiteur de perſonne fors d'vn ſeul Ieſus Chriſt qui meſme t'a deliuré de la captiuité de ce monde, afin que tu viues & faces à ſon exemple. Car luy qui eſtoit le ſouuerain Seigneur, a veſcu en ce monde en toute abiection & humilité, n'ayant pas vne maiſon certaine pour ſe retirer, comme il dit luy-meſme, Le Fils de l'homme n'a pas où il puiſſe repoſer Mat.8.20 ſon chef. Quant à ſon veſtement, il eſtoit tout ſimple & ſans parure: car autrement il n'euſt pas dit, Ceux qui ſont Luc 7.25  veſtus delicatement & richement, voici ils ſont en la Cour des Princes. Quant à ſon viſage & regard, il a eſté ſans Iſaie 53.2 gloire, comme auoit predit Iſaie. Que puis que Chriſt n'a point voulu, meſme entre les liens, exercer ni prattiquer aucune iuriſdiction, veu que meſme il les a ſeruis en choſes viles: puis qu'il a refuſé à eſtre fait Roy, luy qui toutesfois ſauoit bien eſtre ordonné pour l'eſtre: il a en ceci donne vn || exemple à tous les ſiens pour les enſeigner à pouuoir viure ſans porter marques ni de dignité ni d'eſtat. Car qui euſt peu plus abondamment auoir tout ceci, que luy qui eſtoit Fils de Dieu? Combien de flambeaux euſt-il eu pour marcher au deuant de luy, s'il euſt voulu? quelle belle pourpre euſt reluy ſur ſes eſpaules? Sur ſa teſte n'euſt-il pas eu du plus fin or, n'eſtoit qu'il a eſtimé la gloire de ce monde eſtre contraire & à ſoy & aux ſiens? Partant il faut conclure y que le Fils de Dieu a reietté ce qu'il n'a point voulu prendre pour luy meſme; & s'il l'a reietté, qu'il l'a condamné, & s'il l'a condamné, qu'il l'a tenu pour gloire & pompe du diable. Et ſi celle pompe du mode eſtoit ſienne, il ne l'euſt pas condamnee: & n'eſtant pas ſienne, elle ne peut eſtre d'autre que du diable. Et quant au fidele, puis qu'il a renoncé à la pompe du diable, qu'il ſache que tout ce qu'il en attouchera, en cela il commet idolatrie. Et entre autres choſes que les fideles curieux d'auoir charge en la Republique || doiuent conſiderer, qu'ils regardent à ceci, que toutes les Seigneuries & Puiſſances & magiſtrats de ce monde ſont pour le iourd'huy,non ſeulement alienes, mais du tout & formellement ennemies de Dieu: car c'eſt par elles que la mort & les ſupplices ſont inuentez contre les ſeruiteurs de Dieu, & par elles meſmes les peines ordonnees aux meſchans ſont abolies. Mais parauenture tu crains & que ta vie, & que tes richeſſes te ſoyeut ennuyeuſes, ne les employant point, de peur que tu idolatres en quelque choſe. Ie reſpon, qu'il y a remede à cela, & que tu te peux employer autre part: & encore que tu ne peuſſes, ſi eſt-ce toutesfois que ce ſeul poinct te doit contenter & ſuffire, & pour lequel tu es tres-heureux, aſſauoir, que viuant ainſi, tu es non pas Magiſtrat en terre, mais au ciel. Or par ce qui a eſté dit, lon peut ſauoir ce qu'il faut iuger touchant l'eſtat de la guerre, & d'y aller, qui eſt choſe moyenne entre les dignitez & les puiſſances: car elle participe de ces || deux. Mais encore demande lon plus ſpecialement touchant ce poinct, ſauoir ſi l'homme Chreſtien peut aller en nos guerres, & ſi auoir vne charge en guerre, peut eſtre choſe permiſe à celuy qui a la foy, ſoit charge de capitaine, ſoit autre moindre: pourueu toutesfois qu'il ne ſoit point contraint d'immoler aux idoles, & qu'il ne iuge point des cauſes capitales. Ie reſpon, qu'il n'y a point de conuenance entre la foy promiſe à Dieu, & le ſerment que lon fait en nos guerres, ni entre l'enſeigne de Chriſt & l'enſeigne du diable, ni entre le camp de lumiere & le camp de tenebres: & ne peut vne meſme ame ſeruir en ce cas à ces deux, aſſauoir à Dieu de à Ceſar. Mais on dira, Moyſe n'a-il pas porté ſa verge en guerre? Aaron auſſi n'y eſt-il pas marché? Ioſué n'a-il pas conduit vne armee? le peuple n'a-il pas ſouuent bataillé? Ie di que d'alleguer ceci, c'eſt ſe moquer, & que ce n'eſt a propos. Car pour quelle cauſe le peuple a-il bataillé, & pour quelle cauſe combat auiourd'huy vn || Chreſtien ſous vn Prince idolatre? * Quelque peu du texte a eſté
ici laiſſé ſans eſtre traduit,
& pour cauſe.
Mais d'autant que noſtre vie & conuerſation eſt en danger, non ſeulement quand on fait, mais auſſi quand on dit quelque choſe d'idolatrie (comme il eſt eſcrit, Luc 19.22
Pſal.16.4
Voici l'homme & ſes faits: item, Tu feras iuſtifié par ta bouche) il nous faut prendre garde que nous ne tombions en idolatrie, meſme par nos paroles, ou par accouſtumance vicieuſe, ou pour crainte que nous auons de parler autrement. Car la Loy de Dieu nous defend meſmement de nommer & auoir en la bouche le nom des dieux des Payens. Ce qui s'entend ainſi, non que du tout il ne nous ſoit permis de nommer vn idole, ou ſon nom: car les affaires de ceſte vie nous y contraignent ſouuent, comme ſi nous voulons dire, Tel eſt au temple d'Eſculapius: item, Ie demeure en la rue d'Iſis: item, Tel a eſté auiourd'huy fait preſtre de Iuppiter: & ainſi en pluſieurs autres choſes, d'autant que les hommes ont ainſi impoſé les noms. Et ie n'honore point Saturne, quand ie le nomme || Saturne: & fay plus d'honneur à vn ſimple homme, portant ce prenom Marc, de l'appeller Marc, qui vaut autant comme Maiſtre. L'Eſcriture dit bien, que nous ne facions point mention d'eux comme de dieux, & que ce mot ne ſorte point de noſtre bouche: car elle veut que nous ne les appellions point dieux, comme il eſt dit en la premiere Table de la Loy, Tu ne prendras point le Nom du Seigneur ton Dieu en vain. Ce qui ſe fait, quand nous appellons les idoles dieux, ſans y adiouſter vne queuë: & ainſi celuy parle comme vn idolatre, lequel les nomme dieux. Et quand il les faut nommer dieux,il faut adiouſter quelque queuë, afin qu'il apparoiſſe que nous ne les eſtimons point eſtre dieux. Et pourtant quand l'Eſcriture les nomme dieux, elle adiouſte leurs dieux, ou dieux eſtranges, & dieux des Payens: comme Dauid, quand il dit, Les dieux des Gentils ſont des diables. Mais i'ay remonſtré ceci pour ce qui enſuiura. Car il eu tout notoire qu'il y a des façons de parler tirees d'vne || mauuaiſe accouſtumance, comme quand nous diſons, Mehercule, Mediusfidius (qui eſt comme nous diſons auiourd'huy, Par ma figue, ou par S.Pierre) & que beaucoup ne penſent pas eſtre ſermens & façons de iurer par ces ſaincts là & idoles, dont il ſe faut entierement abſtenir & garder. Car tel ſerment, qu'eſt-ce autre choſe, ſinon communication à l'idolatrie, & honorer ceux par le nom deſquels tu iures? mais il y a des façons de pecher en ceci, par vne crainte qui eſt en nous: comme quand quelque idolatre te preſence le ſerment, ou fait obliger par le nom de ſes dieux & veut que tu les appelles en teſmoin, c'eſt crainte ſi tu laiſſes paſſer cela ainſi ſans mot dire, de peur que tu fois cognu Chreſtien. Çar en te taiſant à cela, tu authoriſes & ratifies la maieſté des idoles, au nom deſquels il t'a voulu obliger. Et ou que tu les eſtimes eſtre dieux, ou que tu approuues & conſentes à celuy qui les eſtime, quelle difference y a-il? ou que tu iures toy-meſmes par les idoles, ou que tu accordes à || celuy qui t'y adiure? Cognoiſſons que c'eſt vne ruze du diable, qui ne pouuant faire ce qu'il veut par noſtre propre bouche, taſche à le faire par la bouche des liens, afin de nous faire idolatrer parles aureilles. Et certes quiconques eſt celuy qui nous adiure en ceſte forte, ou il eſt ami, ou ennemi. S'il eſt ennemi, tu vois que c'eſt vn combat qui t'eſt preſenté pour combatre contre l'idolatrie: s'il t'eſt ami, tu iureras beaucoup plus aiſement, & ſans ſcrupule, au nom de Dieu, & ofteras ce poinct de deſſus toy, par le moyen duquel poinct le diable meſchant taſchoit à t'enuelopper en l'idolatrie. Et ſupporter telles choſes eſt idolatrie: car tu honores ceux, leſquels t'eſtans propoſez & mis en auant, tu as obey. Et à propos de ceci, le cognoy bien quelcun, auquel le Seigneur face pardon, qui eſtant aux plaids, ſon aduerſaire luy ayant dit ainſi Iuppiter te ſoit courroucé & ennemi s'il eſt autrement, reſpondit en public, Mais à toy. Or qu'euſt reſpondu autre choſe vn Payen, qui euſt creu Iuppiter || eſtre Dieu? Car encores qu'il ne luy euſt retourne vn maudiſſon par Iuppiter, ou autre ſemblable à Iuppiter: toutesfois en cela qu'il remaudiſſoit, & qu'il demonſtroit auoir en crainte la malediction de Iuppiter, il declaroit aſſez auouër Iuppiter pour quelque Dieu. Car à quelle fin craignoit-il la malediction de celuy qu'il croie n'eſtre rien? Et s'il auoit peur de tel maudiſſon, voila vne certaine idolatrie faite par crainte, & là approuuee: & quand il a reietté le maudiſſon de Iuppiter ſur ſon aduerſe partie, il a fait à ce dieu pareil honneur que celuy qui le premier luy auoit dit. Et eſt le deuoir d'vn homme fidele en tel cas, de ſe moquer & en rire, non pas d'eſtre ſot & craintif de telles imprecations. Et en tout euenement ſelon la parole de Dieu, encores ne faut-il pas remaudire au nom de Dieu, mais benir tout homme, afin que par ce moyen lon ait en haine les idoles, & que lon glorifie le Nom de Dieu, & que lon garde ſon commandement. Et comme l'homme fidele ne || ſe ſoucie d'eſtre maudit par les idoles, auſſi n'y veut-il point eſtre benit, pour touſiours reietter toute telle benediction qui eſt pollue: mais il prendra & changera la forme de ſa benediction au Nom de Dieu, pour la faire pure & ſaincte. Car eſtre benit au nom des idoles, c'eſt eſtre maudit de Dieu. Si ie fay vne aumoſne, ou autre bien à quelque perſonne, & qu'iceluy pour remerciement me beniſſe au nom de ſes dieux, ou des dieux de tout le pays, & que i'acquieſce, le bien & preſent que i'ay fait, eſt dedié par ce moyen à l'honneur de tels dieux, au nom deſquels il m'a remercié & fait recompenſe. Car pourquoy crains-ie que telle perſonne ſache que ce que i'ay fait, ie l'ay fait au Nom de Dieu, & ainſi que Dieu ſoit glorifié, & non les diables, en ce que i'ay fait pour lon honneur? Et puis que Dieu voit bien que ie l'ay fait pour ſon honneur, & qu'il cognoiſt auſſi que ie veux eſtre ſeu que ie l'ay fait pour luy, pourquoy donc le donneray-ie par ma crainte aux idoles, en permettant que || le remerciement leur en ſoit attribué? Mais pluſieurs diſent pour defenſe à ceci, Il ne faut ſe manifeſter & deſcouurir ainſi. Auſquels ie reſpon, qu'il ne ſe faut nier ainſi tel qu'on eſt, Or en toutes choſes, eſquelles vſans de diſſimulation nous ſerons iugez ethniques & infideles, il ne ſe faut point celer ni denier: & veritablement toute telle diſſimulation & reniement eſt idolatrie, comme au contraire toute idolatrie eſt reniement du vray Dieu: ce qui ſe fait & en dicts & en faicts. Mais il y a encores vne autre ſorte & façon de deſguiſer ſon idolatrie & en faicts & en dicts, deux fois plus fine & ſubtile que celle dont nous auons parlé: combien que ceux qui la font, s'y plaiſent, & diſent qu'elle ne l'eft ni en vne ni en autre ſorte. Car quant à leur faict, il n'appert pas, & quant à ce qu'ils ont dit, il n'eſt pas entre nos mains. Elle ſe fait comme quand quelques-vns de l'Egliſe empruntent de l'argent des infideles, ils leur baillent gages, & iurent auſſi par leurs idoles en l'obligé qu'ils leur || donnent, & puis ils denient à l'Egliſe l'auoir fait: & quand ils ſont enquis ſur ce faict, ils demandent qu'on leur die, quand tel obligé a eſté veu & pourſuiui en iuſtice, en quelle cour & plaidoyer cela a eſté fait, qui eſt le iuge qui y a ouy telle cauſe & proces. Et quand on leur remonſtre, Chriſt a defendu de iurer ainſi, ils repliquent, Ie n'ay qu'eſcrit, ie n'ay rien dit: c'eſt la langue, & non pas l'Eſcriture & lettre qui occit. Mais i'appelle en teſmoin contre ces fins & ruzez idolatres ici, & leur propre conſcience, & leur propre nature. Leur nature les condamnera, entant que la main n'a peu rien eſcrire, que le cœur & l'eſprit n'y ait penſé, encores que la langue ne l'ait dicté & prononcé. Et meſme quand la langue dicte quelque choſe, qui eſt-ce qui la luy fournit ſinon l'eſprit, ſoit qu'il inuente de ſoy, ſoit qu'il apprenne d'vn autre? Et afin que tels gallans ne repliquent, Ce n'eſt pas moy qui ay dicté ce ſerment, c'eſt vn autre: l'appelle ici leur conſcience en teſmoin, ſi leur cœur n'a pas || acquieſcé & ſouſſigné à ce que ceſt autre a dicté, & ſi le cœur ne l'a pas fourni à la main, pour l'eſcrire ou ligner comme ils ont fait, ſoit que leur langue n'ait rien dit, ſoit autrement. Et eſt entierement contre eux ce que noſtre Seigneur dit, Que les pechez ſe font du ſeul conſentement de nos cœurs & conſciences. Si la mauuaiſe conſcience eſt en nous, Matth.5. dit-il, nous ſommes tenus pecheurs, comme l'ayant fait. Ce que telles gens donc ſignent & iurent en leur obligé, eſt accordé en leurs cœurs, & ne peuuent pretendre l'auoir ignoré, & ne l'auoir voulu. Car quand ils l'ont eſcrit ou ſigné, ils l'ont ſceu: quand ils l'ont ſceu, ils l'ont voulu, puis qu'ils le ont fait: & faillent en leur faict & en leur cœur, & ne font leur faute d'auoir eſcrit & ſouſſigné, en rien moindre ni plus legere, pour dire, puis qu'ils n'ont point mis ce ſerment en l'obligé, quant a eux, que pour l'auoir ſigné, ils ne l'ont pourtant fait, & que cela eſt fauſſement eſcrit en l'obligé qu'ils ont fait. Il eſt bien vray, diſent-ils, que nous n'auons || pas refuſé ni denié de le ſigner: car no9 ne voulions pas iurer de noſtre langue, ni de propre bouche par leurs dieux, comme on requeroit de nous. Mais ie di, qu'encores qu'ils ne l'euſſent point ſigné ou eſcrit, que pour y auoir ſeulement conſenti, à bon droict on peut dire qu'ils ſont autant comme s'ils auoyent iuré par ces idoles. Ils reſpondent, que la voix ſourde d'vne eſcriture, & le ſon muet d'vnes lettres ne leur Luc 1.63 doit nuire. Mais ie di, que ſi. Voila, Zacharie eſtant priué pour vn temps de l'vſage de la parole, ne laiſſe point de parler en ſa penſee, ſans vſer de ſa langue: & par ſes propres mains, comme il feroit par ſa langue, il dicte ce qu'il veut dire, & prononce ſans parole le nom de ſon fils, & a parlé par eſcrit, & ſa main a eſté ouye, parlant en papier, beaucoup plus clairement que s'il euſt parlé de la langue, & ſon eſcriture a eſté mieux entendue que ſa voix. Demandes-tu s'il a parlé & dit quelque choſe, veu qu'il appert qu'il a eſté entendu? Prions pluſtoſt an Seigneur qu'il || nous garde de la neceiſſté de faire tels contracts, ſans cercher tant d'excuſes à noſtre faute: & ſi nous ſommes preſſez, prions-le qu'il nous donne la puiſſance de beſongner pour viure d'autre part, ou bien la conſtance & hardieſſe de rompre toute telle occaſion & neceſſité: afin qu'vne telle eſcriture, qui, quoy que nous nions, eſt autant que noſtre bouche & parole, ne ſoit produite contre nous au iour du dernier iugement, non pas ſignee de la main d'Aduocats, mais d'anges mauuais, aſſauoir des diables. Partant prions que noſtre foy puiſſe nauiger, ayant l'eſprit de Dieu pour les voiles, & paſſer tous ces rochers & deſtroits, & tous ces abyſmes & creux d'idolatrie: laquelle foy demourra ſauue, ſi elle ſe tient ſur ſes gardes, & en ſeureté, ſi elle craint de ſe perdre. Car à la verité le profond de l'idolatrie eſt tel, qu'on ne s'en peut arracher ſi on y tombe. C'eſt vn naufrage, duquel ceux qui ſont ahurtez, ne ſe peuuent ſauuer: c'eſt vn mollet & gouffre, auquel ceux qui y ſont || deuorez, ne peuuent reſpirer que l'idolatrie. Tout flot qu'elle a, nous ſuffoque: toute enfleure dont elle eſt agitee, nous deualle puis apres aux enfers. Sur quoy perſonne ne s'excuſe en diſant, Mais qui eſt-ce qui s'en pourra il bien donner de garde en toutes choſes? Il faudroit ſortir du monde: car ie reſpon, qu'il vaut autant & mieux ſortir de ce monde, qu'eſtre idolatre. Et de faict, il n'y a rien plus aiſé que de ſe donner de garde de tomber en idolatrie, ſi nous craignons pour le principal de no9, aſſauoir pour noſtre ſalut: car tout autre danger que lon nous pourroit propoſer, ſera trouué moindre que ceſtui-ci de la perte de noſtre ſalut. Comme le S.Eſprit meſme dés les premiers temps, les Apoſtres eſtans en deliberation touchant pareil Actes 15.29 faict, declara que no9 auions liberté en toutes autres ceremonies, pourueu que nous cuitions l'idolatrie. Et ceſte doit eſtre noſtre reigle perpetuelle, & la deuons d'autant plus ſongneuſement garder, comme elle eſt claire & ſeure, & propre à tous Chreſtiens, & par laquelle nous || ſommes ſeparez & cognus autres que les infideles & ethniques. Ceſte reigle doit eſtre en premier lieu propoſee à tous ceux qui entrent en l'Egliſe, & inculquee & reïteree à tous ceux qui ont la foy: afïn que ceux qui y entrent, regardent s'ils la veulent fuiure, & que ceux qui ſont deſia accouſtumez à la garder, perſeuerent à ce faire, & que ceux qui ne le font pas, renoncent à eux-meſmes, pour viure ſelon icelle. Et ſur tout conſiderons, que iaçoit qu'en la figure de l'Egliſe, qui nous a eſte donnee en l'Arche de Noé, nous trouuions & chiens, & loups, & ſerpens, & corbeaux, & huaz auoir eſté en l'Arche, toutefois nous ne trouueros point qu'en la meſme Arche il y ait entré aucun idolatre: d'autant qu'il n'y a ſorte de beſte, qui repreſente & nous figure l'idolatre. Et pour autant que ce,dont la figure n'eſt point entree en l'Arche, ſoit par nous chaſſé & mis hors de l'Egliſe de Dieu.

FIN. || 

AV LECTEVR

AMI Lecteur, ayant eſté prié par vn certain ami de traduire en François ce petit Traité de Tertullian ie l'ay fait pour deux raiſons. La premiere, afin que les noſtres fuſſent inſtruits en combien de ſortes ils peuuent tomber ou conſentir a l'idolatrie, & par ce moyen l'euiter. La ſeconde, afin que ceux de la religion Romaine puiſſent cognoiſtre que ce n'eſt à tort que nous condamnons infinies façons de faire qu'ils retiennent entre-eux. Et combien que l'Eſcriture ſaincte ſoit ſuffiſante pour nous reſoudre ſur ces deux poincts, toutefois afin que lon cognoiſſe que nous ne ſommes deſpourueus de l'authorité des Peres & Anciens, nous auons bien voulu amener ceſtui-ci pour teſmoin: Te priant, ami Lecteur, conſiderer les façons de faire de ton temps, de ta nation ou de ton pais, & les examiner ſur les anciennes couſtumes des idolatres, comme a fait ici Tertullian, pour les condamner, & te ſeruir à ceſte fin de ce liure.      A Dieu, De Gyen ce dernier de Nouembre,1564.


Previous PageTable Of ContentsNext Page

Traduit par M.L.Daneau, 1565.  Print envoyé par P. Petitmengin. Proposé par Roger Pearse, 2005.


This page has been accessed by ****** people since 14th May 2005.


Return to the Tertullian Project Autres traductions françaises About these pages